Un passionné de technologies autochtones


J’ai toujours aimé l’histoire et l’anthropologie, enfant, lorsque j’étais chez mes grands-parents italiens, je passais mes journées au travers les épis de maïs à farfouiller dans le sol à la recherche de trésors perdus. Une tête de marteau, des morceaux d’assiette de porcelaine, des morceaux de céramique avec des motifs colorés, toutes sortes de petites pièces qui me faisaient voyager dans le temps. Avec une bonne d’ose d’imagination pour remplir les morceaux de casse-tête manquant, peu à peu je construisais mentalement l’image de la maison de mon père lorsqu’il était jeune. Eh oui, la maison de mon père!

C’était à l’époque où les fermiers faisaient brûler le gazon plutôt que de le tondre, loin d’être écologique mettons! Ça demandait de la supervision, mais au final, la dépense énergétique était bien inférieure. C’était fréquent de voir des fossets tout noircis sur des centaines de mètres, vous vous souvenez?

Mon père s’était afféré à cette besogne et une fois la tâche accomplie, il avait vérifié que le feu était bien éteint, pour ensuite aller vaquer à ses occupations. Ce qu’il ne savait pas, c’était que parfois le feu court au sol, discret, il peut se faufiler par les racines en surfaces ou bien furtivement à la base des herbes sans monter pour se pointer le bout du nez. Le feu téméraire avait continué son chemin au ras le sol, puis ambitieux s’était épris de la maison pour s’enflammer, une passion si ardente, qu’il réduisit en cendre l’objet de ses désirs, privant de leur toit mon père et sa famille. Par chance qu’ils avaient commencé à construire une nouvelle maison un peu plus loin sur le grand terrain! Lorsque j’allais visiter mes grand-parents, ils habitaient encore dans cette deuxième maison, ce qui me permettait d’aller à loisir faire mes petites fouilles archéologiques!

À la même époque, on avait été visiter le Village d’Antan, ouf que ça m’avait marquée de voir les objets et ce que les gens en faisaient, de voir tout ce qu’ils arrivaient à faire avec si peu, de pouvoir construire autant de choses par soi-même. Il y a du mérite à tresser un panier de a à z, de fabriquer ses propres outils plutôt que de les acheter, de se nourrir dans la nature, de se loger, de fabriquer son fil pour faire son tissu pour faire ses propres vêtements. On prend ça pour acquis, mais ça n’a pas toujours été aussi simple, quand on compare, ça nous fait apprécier juste un peu plus encore. Je rêvais de pouvoir participer au camp de jour du Village d’Antan et d’apprendre toutes ces techniques! Je n’en ai pas eu l’occasion à ce moment, mais l’idée d’apprendre et de retransmettre avait fait son chemin en moi.

Arrivée en début de trentaine, cette idée ne m’avait toujours pas quittée, je trouvais si dommage que les techniques ancestrales se perdent faute d’être utilisées, alors j’ai cherché un moyen pour y remédier et c’est ainsi que je suis arrivée à l’école Les Primitifs, ils sont reconnus pour leurs cours de survie en forêt, mais c’est bien plus qu’on y apprend. De comment fabriquer des abris, à comment tresser un panier, faire le tannage des peaux, se nourrir avec les plantes, jusqu’à la taille de pierre pour fabriquer des outils, les champs de compétence sont vastes.

Dans le cadre d’une formation des Primitifs, j’avais déjà rencontré Martin Lominy, archéologue expérimental, un des rares spécialistes des technologies autochtones, il avait apporté des outils fabriqués en pierre et en bois pour que l'on puisse construire nos abris à l’ancienne, sans l’utilisation de métal question de vivre la réalité de nos prédécesseurs de manière plus réaliste.  

Depuis, je voyais ses publications passer sur Facebook de temps à autre et le désir d’apprendre perdurait. Alors, cet hiver, je l’ai contacté et par chance je suis devenue son apprentie!

Martin, c’est un vrai de vrai passionné de ce qu’il fait, ses heures de travail se fondent dans ses heures de temps libre, parce que c’est plus qu’un travail, c’est une passion, même une mission. Oui, une mission, parce que mon désir de retransmettre ses connaissances l’habite aussi et probablement encore plus fortement que moi, puisqu’il a acquis toute une longueur d’avance, 13 ans pour être plus exact! Faut le voir en pleine animation, un vrai « ptit » gars qui présente ses trésors et qui raconte leur histoire, difficile de rester de glace et de ne pas vouloir à notre tour essayer de se tailler un hameçon en os, une pointe de flèche ou de filer une corde de fibres végétales.

Sa mission est principalement éducative et vise à offrir au grand public une vision plus concrète du passé et une meilleure compréhension des cultures autochtones d’Amérique du Nord à travers l’expérimentation des technologies anciennes. Il est spécialisé dans la reproduction d'artefacts archéologiques et ethnographiques des Forêts de l’Est, de la Côte Nord-Ouest et de l’Arctique du Canada. Il offre aussi des conférences interactives, des ateliers éducatifs et des démonstrations artisanales pour les écoles et le public ainsi que des services-conseils en archéologie publique et expérimentale pour les établissements muséaux et scientifiques.

Il n’est pas parti de rien pour en arriver là, « d’abord intéressé par la paléontologie qu’il a étudié à loisirs durant ses études collégiales, il a finalement choisi de faire ses études universitaires en anthropologie à l'Université de Montréal avec une spécialisation en archéologie. Après un stage de fouilles au Pérou, il a développé un intérêt pour l'Amérique latine jusqu’à élargir son champ d'études pour inclure l'ethnologie et l'histoire.

Passionné par la culture maya et attiré par des applications pédagogiques, il a ensuite entreprit un stage en muséologie au Musée National d'Archéologie et d'Ethnologie du Guatémala où il a développé une approche éducative. Durant ses premières années de carrière dans le milieu muséal du Québec, il est entré en contact direct avec la culture matérielle des Autochtones d’Amérique du Nord qu’il a eu l'opportunité d’étudier activement à travers différents projets éducatifs. Après une dizaine d’années en éducation muséale, il a acquis une expertise sur les technologies autochtones à travers l'archéologie expérimentale. Cette nouvelle passion l’a mené à reproduire d’anciennes technologies pour le bénéfice de l’éducation. C’est ainsi qu’il a fondé l’entreprise Technologies autochtones pour travailler à la réalisation de reproductions d’artefacts, de maquettes d’architecture, de programmes éducatifs, d’activités culturelles, de travaux de recherche, de documents de vulgarisation et d’outils pédagogiques pour des musées, des écoles, des centres de recherches et divers organismes de diffusion. Il est aussi professeur d’anthropologie lorsque le temps le permet. » (Source:http://www.abotec.ca)

Et moi, j’ai la chance d’avoir accès à cette bibliothèque de savoir ambulante, incroyable les connaissances qu’il a et puis c’est pas juste dans sa tête, parce qu’il est capable de mettre tout ça en application. Besoin d’un outil? Bah, pourquoi l’acheter quand on peut le fabriquer !!!

En plus de pouvoir un jour retransmettre ce savoir moi aussi, les techniques me servent avec les bijoux. J’ai d’ailleurs créé un bracelet tissé en caoutchouc avec une technique iroquoise qu’il m’a enseignée, mais pour la suite de l’histoire, il te faudra revenir pour le prochain article de mon blogue!

En attendant, jette un coup d’œil à la boutique et choisi une pièce qui te représente, un symbole qui en dit long sur ce qui te fait vibrer! C'est par ici!

 

Martin Lominy, Technologies Autochtones
Martin Lominy, Technologies Autochtones
Une classe d'étudiants en archéologie de l'Université Laval en pleine fabrication d'hameçons suite à la conférence de Martin
Une classe d'étudiants en archéologie de l'Université Laval en pleine
fabrication d'hameçons suite à la conférence de Martin.

Laissez un commentaire